EXTRACT FROM A LETTER WRITTEN BY RICHARD II TO HIS UNCLE, THE DUKE OF YORK ON HIS ARRIVAL IN DUBLIN, FEBRUARY 1, 1395

Taken from A History of Ireland by Eleanor Hull

Volume One, Appendix II

"... EN nostre terre d'irland sont trois maners des gentz, cestassauoir Irrois Sauages noz enemis, Irroix rebelx, et engleis obeissantz ; semble a nous et a nostre counseil esteant entour nous que considerez que les ditz Irroix rebelx se sount par cas rebellez pour griefs et tortz a eux faites d'une part et par defaute que remedie ne lour ad estez fet d'autre part et qu'ensement sils ne feussent sagement tretez et mis en bone espoir de grace il se verroient verisemblablement ioindre a noz enemis quoi nous ne verroms en nostre defaute pardoun lour serroit ottroie en general et ce par fin et fee de nostre seal a ent estre paiez par chescun qauera la paredun suisdite dount semble a nous et nostre dit counseil que par plusours voies graund bien auendreit a nous et nostre dite terre ; mes par taunt que nous ne pensoms fere nulle tiele ne si chargeaunte chose saunz voz counseil at assent; nous auoms pris generalment toutz les ditz Irroix rebelx en nostre proteccioun especiale a durer tanqa la quinzeine de pasques prochein avenir au fin qentreci et adunque ils purront venir ceux de eulx qui vorront monstrer les causes de lour rebellion et par especial qen le mesne temps nous pourrons auoir voz plein counseil et auis si la dite pardoun soit a estre grauntez ou noun. ..."

[1] The letter is given in full from the original manuscript in the British Museum in Sir John Gilbert's Facsimiles of National Manuscripts, vol. iii, No. xxii.

Taken from A History of Ireland by Eleanor Hull